La Rasnag - Ses membres - Le mot du mois - Interventions des non inscrits - Secrétariat 

Vous êtes ici : Accueil > Interventions des non inscrits

Intervention dans le débat sur la demande du Gouvernement d'autorisation de prolongation de l'intervention des forces armées en Afghanistan, en application de l'article 35, alinéa 3, de la Constitution.

Séance du lundi 22 septembre 2008.
JO n°  s (CR)

M. le président. La parole est à M. Jean Louis Masson.

M. Jean Louis Masson. Monsieur le président, monsieur le Premier ministre, messieurs les ministres, à mon sens, la décision la plus positive prise sous la présidence de M. Jacques Chirac a été le refus de s’associer aux Américains pour faire la guerre en Irak. Si nous les avions suivis, nous serions aujourd'hui complices des actes commis au sein de la prison d’Abou Ghraib et de la disparition de 500 000 Irakiens, morts au cours d’une guerre d’agression bâtie sur le mensonge par les Américains !

M. Jean-Luc Mélenchon. Excellent début !

M. Jean Louis Masson. En effet, chacun sait qu’il n’y a jamais eu la moindre arme de destruction massive, de quelque nature que ce soit, en Irak ! (Mme Alima Boumediene-Thiery et M. Jean-Luc Mélenchon applaudissent.) La volonté des États-Unis, de leur irresponsable président George Bush, était de conduire une guerre d’invasion, une guerre impérialiste !

Aujourd'hui, la situation est la même en Afghanistan. On veut nous faire croire que les ennemis sont les talibans, des gens qui viennent d’ailleurs, mais peut-on croire un seul instant que quelques centaines de talibans pourraient résister à des dizaines de milliers de soldats bien équipés sans être soutenus par la population afghane ?

Pour ma part, je suis persuadé que les dix soldats tués au mois d’août dernier étaient pistés depuis le départ de leur base. À chaque mètre de leur progression, ils étaient épiés par des Afghans – je dis bien des Afghans, et non des talibans – pour le compte de la résistance.

On parle de « terroristes », mais c’est ainsi que le gouvernement de Vichy qualifiait les résistants sous l’Occupation… (Protestations sur les travées de l’UMP.) C’est la vérité, mes chers collègues ! Je crois que, pour les Afghans, le gouvernement de M. Karzaï est un peu l’équivalent du gouvernement de Vichy ! (Même mouvement.)

Ce qui est certain, c’est que la population est aujourd'hui en train de se dresser contre les troupes d’invasion et que la coalition internationale connaîtra le même sort que les Russes hier : nous serons obligés de quitter l’Afghanistan, après avoir laissé des centaines ou des milliers de morts sur le terrain.

Pour ma part, je ne serai pas complice de bombardements aveugles de villages qui rappellent la Seconde Guerre mondiale. Quand un taliban se réfugie dans un village, les Américains rasent ce village : les Allemands ont procédé exactement de la même manière à Oradour-sur-Glane ! (Exclamations sur les travées de l’UMP.) Je ne serai pas complice de tels actes !

M. Philippe Marini. Quelle modération !


Haut de page